à la recherche du Petit Pois Perdu (entre autres!)

20 septembre 2018

Les annonces...

Depuis le temps, je pensais m’y être blindée, mais force est de constater que non, ces annonces de grossesses viennent encore et toujours me gratouiller, juste là, où ça pique fort…

Alors oui, ça gratouille, ça pique, ça fait mal au ventre et me déchire un peu plus le coeur, mais ce n’est pas le pire…

Le pire, ce qui me fait peur, c’est de découvrir, il y a peu, que, certaines de ces annonces me laissent de marbre ou me dégoûtent...

 

 

Je ne parle pas ici du couple d’amis qui connaît enfin ce bonheur après avoir vécu le chagrin et la douleur des fausses couches, non… Cette annonce là, elle me fait VRAIMENT plaisir! Je suis heureuse pour eux et je leur souhaite tellement, tellement de bonheur! Et lui, je l’aime comme un frère, alors savoir qu’il va enfin devenir papa… Ben ça me touche, beaucoup, énormément… D’autant plus que je sais à quel point ça a été difficile pour lui de nous, de me l’annoncer (peur de blesser, de remuer le couteau dans la plaie…).

 

 

Non… Ce qui me laisse de marbre c’est d’apprendre la grossesse d’une personne de ma famille, une jeune fille dont j’ai été proche, très proche, que j’ai pendant de longues années considérée comme ma petite soeur (alors qu’elle est une cousine), par hasard, au détour d’une conversation avec ma maman.

Je n’ai pas “mérité” son attention lors de la naissance de Léo (ni pour celle de Zoé d’ailleurs…), elle a préféré aller fêter l’arrivée d’un autre bébé (en bonne santé, lui, c’est plus facile, hein…) et j’ai donc coupé les ponts (je suis dure? Peut-être…). Dès lors, il devrait me paraître logique de ne pas plus “mériter” le fait d’apprendre sa grossesse… Soit.

Son comportement me blesse, une fois de plus, mais ce qui me choque le plus c’est ma réaction…

Quand je l’ai appris, la première chose que j’ai pensé c’est que c’est injuste, que la première de nous deux qui devait donner un arrière petit enfant à notre grand mère c’était moi, pas elle… MOI BORDEL! (De la jalousie? Sans aucun doute…)

Je n’ai pas pensé à leur bonheur, je n’ai ressenti aucune joie pour eux, j’ai été à deux doigts de dire des choses dégueulasses et ça, c’est tellement pas moi…

Je ne veux pas devenir cette femme là, je ne peux pas.

 

Avoir conscience que ses mots, ses pensées sont durs mais s’en taper royalement c’est quand même vachement moche non? Apprendre une bonne nouvelle qui va apporter du bonheur aux gens et tout ramener à soi, c’est quand même vachement égoïste non?...

Posté par ArkaKiJardine à 13:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 septembre 2018

Le temps des questions...

Et voilà, les vacances sont terminées, les adultes ont repris le boulot, les enfants sont rentrés à l’école…

 

 

Rien de tout ça pour moi… Non, par ici, c’est l’heure de trouver une réponse à toutes les questions que j’ai tenté d’oublier un peu pendant l’été :

 

Est-ce que je veux continuer ce parcours PMA pour tenter de mettre à profit les deux dernières FIV qu’il nous reste?

Est-ce que j’ai envie d’infliger (oui, INFLIGER!) à nouveau à mon corps les injections d’hormones (1x dans le ventre, 1x dans la cuisse, 1x à gauche, 1x à droite…), les contrôles échographiques et prises de sang tous les 2 ou 3 jours?

Est-ce que j’ai envie de recommencer, fréquemment, à me demander qui est cette nana que je ne reconnais plus? à trouver ses réactions dégueulasses et à ne pas comprendre pourquoi, elle peut passer du rire aux larmes en 3 secondes chrono ou avoir une envie folle d’être violente avec quelqu’un et de le câliner l’instant suivant?

Est-ce que je suis prête à surmonter les échecs?

Est-ce que j’oserai prendre à nouveau le risque de revivre une grossesse? Mais aussi, en parallèle, celui de peut-être perdre, encore une fois, un enfant?

Est-ce que j’imagine ma vie sans enfant à aimer, à éduquer, à voir grandir?

 

 

Autant de questions auxquelles je ne suis plus certaine d’avoir les réponses…

Alors, oui, je vous entends me dire “prends ton temps, réfléchis, c’est important”, oui, c’est effectivement important… Sauf que le temps ben j’en ai plus beaucoup figurez-vous… Ce temps file, défile à une vitesse incroyable, surtout quand on a plus vraiment le luxe d’en disposer de beaucoup…

 

Demander l’avis des médecins”? C’est fait… Mais quand, sur 3 médecins interrogés, on a 3 avis différents, ça n’aide pas à y voir plus clair…

 

 

Bref, bienvenue septembre...

Posté par ArkaKiJardine à 12:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 juillet 2018

Quand la Nature s'acharne...

Bon, un retour plus rapide que prévu, juste avant les vacances finalement.

 

 

Idéalement, j’avais prévu de repasser fin août, vous annoncer que : “Youpie, tralala, tsoin-tsoin! FIV 2 et son petit J3 ont tout déchiré et un petit bout de nous est prévu pour fin d’année!”

 

 

Sauf que la 1ere écho, le 12 juillet, a eu raison de nos espoirs…

On s’est préparés avec le Mâle, on s’est fait beaux (ouais, bon, on a fait au mieux hein!) et on avait hâte d’entendre le coeur de notre Petit Truc!

Dans la salle d’attente, je demande à Chéri “ça va? Tu stresses pas?” et lui, toujours positif, me répond : “Nan pas du tout, j’ai confiance, je sais que c’est un champion là dedans!”...

Mon pauvre amour...

Le Docteur Barbie nous reçoit : “Allez, je vais pas vous faire attendre plus longtemps, on passe à l’écho?”.

Et là, après une grosse minute (une éternité...) installée les jambes en l’air avec la sonde écho entre les cuisses (me remerciez pas pour le glamour, c’est cadeau…), on se rend compte que quelque chose ne va pas… Elle reste silencieuse, elle cherche, elle mesure, encore, sous un autre angle… Et finit par nous dire qu’elle n’aime pas ce qu’elle voit…

En gros, le sac gestationnel est trop grand et notre petit champion mesure 7 mm alors qu’il devrait en faire 18… Il y a une faible activité cardiaque…

Les mots qui assomment sont prononcés : “c’est souvent signe de fausse couche précoce”.

Docteur Barbie nous dit qu’on ne va pas se précipiter, même si pour elle l’issue est inévitable, et qu’on se revoit dans 3 jours, histoire de voir si il y a une évolution. Elle fait malgré tout bloquer une salle d’op pour un curetage…

Nous on reste là, face à l’écran redevenu noir, le cerveau confus, les yeux embués…

Après quelques minutes, nous reprenons nos esprits et quittons le cabinet…

Trajet retour silencieux, pesant, douloureux, des tonnes de questions qui se bousculent mais peu de mots qui sortent… C’est une de ces rares fois où lui et moi nous retrouvons incapables de communiquer, même se regarder est difficile…

 

 

Le lundi arrive avec, sans surprise, la mauvaise nouvelle qui se confirme : nous sommes à 9sa +2, le coeur de Petit Truc a cessé de battre.

Cette fois on est prêts, tous les deux, et on accueille l’information plus “sereinement”, on s’installe avec Docteur Barbie (qui est désolée, nous dit qu’elle voulait tellement pour nous que ça soit positif… je crois qu’en 4 années, c’est la première fois que je la vois touchée par notre parcours) qui nous explique la suite, nous posons nos questions…

Le curetage aura lieu jeudi matin, elle appréhende un peu le fait de devoir passer le cerclage de Benson parce qu’elle n’a jamais fait de curetage dans ces conditions (ce à quoi je ne peux m’empêcher de répondre “mais avant vous ne me connaissiez pas”)… Je serai sous anesthésie générale et c’est tant mieux, après avoir assisté à un paquet de curetage en planning familial, je n’envisageais pas une seule seconde l’anesthésie locale…

 

 

Jeudi matin, 11h, on m’emmène au bloc… J’attends, dans mon lit, perf dans la main et dossier aux pieds qu’on vienne me chercher…

Un homme passe (infirmier? anesthésiste? médecin? je ne le saurai jamais…), attrappe mon dossier et me lâche un “Ah ouais, vous vous v’nez pour une IVG hein c’est ça?”... Une demi seconde pour analyser l’info et je ne peux pas m’empêcher de répondre : “non, en fait je suis là pour un curetage suite à une fausse couche précoce, ça vous permet de vous sentir mieux Monsieur?”.

Il m’a regardée, a posé mon dossier et est parti sans rien ajouter…

J’ai eu envie de lui hurler un merveilleux “CONNARD” quand il a tourné les talons mais j’ai fondu en larmes l’instant d’après donc bon… Non…

 

On vient me chercher, je m’installe, une ptite injection et j’ouvre les yeux dans la salle de réveil.

Apparemment tout s’est bien passé… Bon, c’est déjà ça…

Je finis par remonter dans ma chambre et peu de temps après je suis autorisée à me lever pour tenter un ptit pipi (les détails, le glam… tout ça… ^^) et là… c’est le drame!

Je perds du sang, beaucoup, et ça n’a pas l’air de vouloir s'arrêter…

L’infirmière panique un peu et appelle Docteur Barbie qui vient à la rescousse!

Verdict : utérus hypotonique (qui ne contracte pas) qui n’élimine pas ce qu’il devrait donc perf de 2 médocs différents pour aider à calmer tout ça et, première bonne nouvelle : je passe la nuit à l’hôpital...

Elle en profite pour nous expliquer un peu comment s’est déroulée l’intervention et nous apprend qu’elle était étonnée de pouvoir passer si facilement à travers mon col, normalement cerclé et plus difficile d’accès… Elle m’examine et m’annonce “vous voyez, là j’ai 2 doigts dans votre col et je ne suis pas certaine que c’est normal, pour moi le cerclage n’est pas complètement utile”...

Wait… WHAT?!

Je l’interroge donc : “Mais, et si cette grossesse avait tenu, qu’est-ce qui se serait passé?”

“Et bien vous vous seriez plus que certainement retrouvés dans le même cas de figure que pour les grossesses précédentes”.... La seconde merveilleuse nouvelle de la journée! (pitié, envoyez-moi une nouvelle dose de votre truc là, pour que je me rendorme…).

 

 

Bref, avec l’amoureux on est dépités, tristes et en colère aussi…

Dès que je sors, je prends rv avec le chirurgien qui a placé le cerclage qu’on nous a vendu comme “le seul moyen de mener une grossesse presque à terme en cas de faiblesse du col” et je demande des explications…

 

 

Les choses étant rentrées dans l’ordre, j’ai quitté la clinique le lendemain midi et contacté ma psy (cet ange gardien…) qui m’a obtenu un rv avec le chirurgien 3 jours plus tard! Je vous ai déjà dit que je l’aime cette nana là? Oui hein?....

 

 

Donc, pour le chirurgien en question, ce qui s’est passé lors de l’intervention est tout à fait normal…

En gros, le cerclage est posé autour de mon col et ne le resserre pas, il va “juste” l’empêcher de s’ouvrir plus qu’il ne l’est en temps normal… Lui n’est pas inquiet mais me propose quand même un “test”, fin août, afin de vérifier la tenue du cerclage… Vous penserez donc à moi lorsqu’il passera une “bougie de 8” (non, on est pas dans un garage, promis…) dans mon col et que je trouverai ça super méga confortable!

 

 

Vous n’aviez pas eu de bonnes grosses news depuis un moment et je pensais vous en donner de meilleures mais voilà… On se contente de ce qu’on a…

 

Je vous souhaite à tous/toutes de belles vacances sous le soleil!!

A bientôt!

Posté par ArkaKiJardine à 12:21 - Commentaires [6] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Les vacances!

C’est l’été! C’est les vacances (enfin, pour certains ^^)!

Les 3 derniers mois sont passés à une vitesse incroyable…

Entre le dernier protocole FIV, ses contrôles échos et prises de sang en tout genre mais aussi la préparation de ma VAE : je n’ai pas vu le temps passer et c’est plutôt pas une mauvaise chose je dirais!

Avec le Mâle, nous venons de fêter nos 7 ans ensemble… 7 ans!

ça peut paraître peu mais en 7 ans nous avons vécu tellement de choses tous les deux… Des merveilleuses, des folles, des ravageuses et, tout ça nous a renforcé, même si ça n’a pas été tous les jours facile, pour aucun de nous…

Maintenant, c’est l’heure de prendre du temps pour nous : Back to basics!

Lui et moi allons profiter de nos familles respectives, faire du jardinage, installer notre piscine (oui, on est mi juillet, et alors? Il n’est jamais trop tard!) et prendre un jour après l’autre, ensemble, comme nous l’avons toujours fait…

Passez un bel été avec des coups de soleil, de la bonne humeur, des apéros, la famille, les zamis… Tout ça quoi!

 

Je vous retrouve donc dans… Pas trop longtemps j’espère ^^  

Posté par ArkaKiJardine à 13:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2018

La colère gronde...

Oui, il faut bien que je vous le dise, depuis bientôt 3 ans, je suis en colère.

Mais pas juste comme ça, de manière sporadique, non.

Je suis en colère, tout le temps.

 

 

Je pourrais vous lister ici le “pourquoi”, le “contre qui” ou encore tout ce qui m’agace prodigieusement mais ce n’est pas le plus important…

 

 

Ce qui me paraît important c’est simplement d’avoir le droit de l’exprimer et de le faire, ici ou ailleurs.

Bon, attention hein, j’ai pas dit non plus qu’il faut le hurler à tout bout de champ, à la moindre personne qu’on croise!

 

C’est juste que, après plusieurs rendez-vous avec le groupe de parole, je m’aperçois que, sur 7 mamans, nous avons toutes le même ressenti :

Pour la majorité des gens nos enfants n’existent pas/plus, nous devrions “arrêter de vivre dans le passé” et surtout, surtout, il est inconcevable d’exprimer une colère (et un chagrin bien sûr) qui n’a pas de raison d’être (ce n’est pas notre “faute”, nous ne l’avons pas voulu, nous avons fait tout ce que nous pouvions et, après tout, ce bébé n’a pas vécu ou très peu de temps donc, chapitre clos).

Du coup? On en parle pas… Avec personne… Non, non, pas même avec son conjoint! Ou très peu en fait, parce qu’on ne veut pas remuer le couteau dans la plaie principalement…

 

“On” se retrouve donc à accumuler toute cette colère non exprimée, à l’engloutir, la cacher tout au fond…

“On” passe son temps à sourire devant les gens, à parler de la pluie et du beau temps, à esquiver les questions banales devenues pièges (genre “ça va?” “ça va mais et toi dis-moi? Quoi de neuf?”)...

 

 

Personnellement, j’ai un peu l’impression de devenir schizophrène parfois!

Mais pas de soucis hein, j’ai une psy au top, qui me fait me rendre compte de pas mal de choses et j’ai bon espoir d’apprendre à dire toute cette colère qui m’habite, de la manière la plus délicate du monde! PROMIS!

Posté par ArkaKiJardine à 16:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]

04 avril 2018

Le temps de la réflexion

Me revoilà…

Après le transfert d’embryon pour le moins difficile et l’échec de cette première FIV, j’ai eu besoin de réfléchir.

Il a fallu que je me pose, que je rassemble mes pensées et que je décide si je voulais, ou non, continuer à infliger ces traitements, tant à mon corps qu’à mon esprit (parfois un peu tordu déjà, avouons-le hein !).

Parce que, oui, au-delà des bleus au ventre (et aux cuisses), de la fatigue, des douleurs provoquées par la stimulation ou encore des dizaines de kilos pris, il y a aussi tout le côté psychologique : encaisser les échecs à répétition, supporter la bêtise/la méchanceté/l’ignorance des gens, se demander pourquoi ça ne fonctionne pas? Qu’est-ce que je fais de travers? Est-ce qu’on y arrivera un jour?, …

C’est donc “naturellement” que j’en suis arrivée à me dire :

“waow, attends, mais… Et si la fin du parcours était tout doucement en train de s’approcher? Et si tu devais commencer à te dire que la PMA ne vous apportera plus de bébé? Est-ce qu’on entame les démarches d’adoption? Ou est-ce que vous êtes prêts à renoncer à une vie sans enfant (vivant j’entends…des enfants nous en avons deux, que nous ne verrons pas grandir…) à chérir?”

Franchement? Aujourd’hui encore je ne suis pas certaine de tenir la réponse…

Mais j’ai un chéri qui s’efforce toujours de me faire voir le positif (même si lui n’y croit pas forcément) et je ne l’en remercierai jamais assez…

J’ai aussi revu ma petite Docteur Barbie à qui j’ai pu expliquer notre mésaventure avec sa collègue et qui a été rassurante : Ok, ça n’a pas été concluant cette fois mais les résultats n’étaient pas abominables… Alors on va changer de méthode (passage en FIV ICSI) et il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas!

Alors, bon… Nous voilà repartis pour une nouvelle tentative, enfin, dès qu’on aura éliminé ce foutu kyste qui s’est invité sur mon ovaire droit! (pourquoi faire simple?, tout ça, tout ça…).

 

Direction le moi de mai pour la prochaine stimulation...

Posté par ArkaKiJardine à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2018

Les mots qui blessent...

J’écris aujourd’hui parce que je suis déçue, triste mais aussi en colère…

Probablement parce que je n’ai pas pris assez de recul encore sur ce qui s’est passé ces dernières semaines, ces derniers jours.

Je suis tout ce camaïeu d’émotions complémentaires et contradictoires à la fois et j’ai besoin d’un peu de temps encore pour y voir clair.

 

Mais pour que vous compreniez un peu mieux, il faut que je vous explique un peu, alors voilà :

 

Il y a 15 jours maintenant, l’amoureux et moi passons le portail de la prestigieuse “Team FIV”.

Début des injections (par une infirmière cette fois parce que je n’ose plus piquer et que l’homme ne se sent pas capable de le faire) : de 75 unités à injecter lors des protocoles d’insémination, on passe à 225 unités… Quand l’infirmière s’en va, le premier soir, elle nous fait sourire en souhaitant “bonne chance” au pauvre mâle qui partage ma vie.

5 jours plus tard, retour en consultation pour une écho de contrôle pas super, super brillante : un seul follicule à 15 et d’autres, trop petits pour qu’on en tire quoi que ce soit.

Qu’à cela ne tienne… On continue les injections!

Lors du contrôle suivant, les follicules se sont décidés à bosser un peu (ils sont 16!) du coup, le déclenchement de l’ovulation est décidé et la ponction programmée.

La ponction se passe bien (10 ovocytes récoltés) et je suis consciente du début à la fin vu que j’ai (encore) droit à une rachis… Bref, l’après-midi, nous quittons l’hôpital et rentrons à la maison.

Prochaine étape : appel au labo 3 jours plus tard pour connaître le verdict et savoir si, oui ou non, notre “mélange” a été fructueux.

 

Vous vous en doutez, c’est là que tout part en cacahuète…

Au téléphone, la biologiste m’annonce qu’à J1 il restait 6 survivants et que, de ces 6 survivants, 1 seul a été fécondé, on va donc le transférer ce matin…. 1 SEUL!!!

La dame, rassurante, me dit que parfois ça arrive, et que pour la prochaine fois il faudra tenter l’ICSI.

C’est donc le coeur lourd que nous prenons la route pour le labo…

 

La gyneco (pas mon Docteur Barbie mais sa collègue) vient nous chercher et nous emmène dans la salle de transfert…

Je m’installe et ose un timide “bon, c’est pas génial hein?” qui prend en retour un “Ah non Madame, c’est effectivement pas génial! Un seul ovocyte fécondé sur 10 c’est pas bon”.

Elle m’annonce aussi que “là on est plus proche d’un taux de réussite de 10% qu’autre chose hein”...

Quand, dépitée, je lui demande si ça vaut la peine de continuer quand même, Madame la gynéco me répond que “si la prochaine fiv est pareille, faudra arrêter”.

Imaginez-vous : 15 jours d’injections, d'ascenseurs émotionnels en tout genre, les douleurs continues suite à la ponction + cette annonce…

Tout ça a eu raison de moi : J’ai fondu en larmes…

Lorsque mon courageux mâle lui a parlé d’ICSI (cette pratique où on va déposer le petit spermatozoïde courageux directement dans mon ptit oeuf fraîchement pondu) , la dame s’est juste contentée de répondre que “pourquoi pas, même si je ne suis pas certaine que ça apporterait quelque chose”. Cependant, la biologiste, qui n’avait pas l’air tout à fait d’accord, lui a fait un signe en montrant des résultats et on a gagné un “Ah, le spermogramme était bon, la récolte aussi… Faudra mettre un mot dans le dossier alors”

J’ai aussi eu droit à une main sur le genou et un “décidément, la vie ne vous aura pas fait de cadeaux à vous hein…”, en effet.

 

C’est donc complètement sonnée et en larmes (encore) que je suis remontée dans la voiture…

Un trajet silencieux, une ambiance lourde entrecoupée de petits mots gentils mais aussi de “peut-être que, doucement, on arrive vers la fin du parcours”...

 

Après pratiquement 48h de roulage en boule sous la couette, de bouffe régressive et de moral au fin fond des chaussettes, je commence à prendre du recul…

 

Je suis toujours triste et déçue, bien sûr… Je n’attends même rien de ce petit embryon qui m’a été transféré…

Je suis toujours en colère contre ce genre de médecin qui manque totalement d’empathie et ne se rend pas compte (ou se fiche?) de la portée que peuvent avoir les mots prononcés.

Néanmoins, j’arrive à relativiser, à organiser mes pensées et à savoir ce que je veux.

 

Donc, petit week-end en amoureux prévu fin de semaine, pas très loin, mais dans un joli endroit, avec de jolis paysages… ça va nous faire du bien…

 

Et ensuite, quand je pourrai prendre rendez-vous… Je demanderai à mon Docteur Barbie ce qu’elle en pense, comment elle voit les choses, quel est son plan… ET je l’interrogerai aussi sur le manque de tact de sa collègue…

 

Voilà… C’est pas la méga forme mais, comme toujours, ça va reviendre hein… (vu qu’on a pas vraiment le choix de toute façon…)

Posté par ArkaKiJardine à 13:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 janvier 2018

Bienvenue 2018!

Tout d’abord, je vous souhaite de jolies choses pour cette année nouvelle qui a déjà commencé (oui, bon, je suis un peu à la bourre… Un peu…)!

Ensuite, fin janvier et pas encore un seul billet écrit… ça ne va pas, mais alors PAS DU TOUT!
Je vais devoir me discipliner et apprendre à écrire au moins une fois par semaine (i wish…)...
J’avoue que depuis le début de l’année, je suis devenue un peu une pro de la procrastination… ça fait pas de mal… Mais ça n’est pas un mode de vie qui me convient à long terme.

Alors (et vous voyez poindre la transition parfaite!) je me suis remise à écrire, à lire, à m’occuper de mon Bujo (j’ai découvert en décembre et c’est sympa…) et à m’intéresser à ce qui se passe dehors…

Vous avez peut-être entendu parler de la révision des lois de bioéthique?
Bon, je ne vous ferai pas d’exposé sur ce que ces lois englobent et tentent de définir, sachez juste que l’Agence de la biomédecine exerce ses missions dans 4 domaines : le prélèvement d’organe et la greffe, la procréation, l’embryologie et la génétique humaines (pour le reste : Google est votre ami, je vous fais confiance!).
Évidemment, aborder ces différents thèmes et parler de “révision” fait réagir tout un chacun, notamment des collectifs (BAMP pour ne citer qu’eux), des associations et Fondations diverses…
Le soucis est que certains se permettent, sous couvert de “je veux informer”, d’écrire et/ou de dire des choses absolument incroyables et, totalement abjectes.

C’est donc par hasard, en traînant sur le réseau social à l’oiseau bleu, que je suis tombée sur un thread (enflammé d’ailleurs) qui parlait de la PMA… J’ai d’abord lu les commentaires mais, avant de réagir à chaud, j’ai pensé qu’il serait plus sage de m’informer et d’aller voir de quoi “ça” parlait, au fond.
Là, je tombe sur un manuel de 100 pages (téléchargeable gratuitement) intitulé “PMA, Manuel pour les jeunes” d’une fondation dont je tairai le nom.
Je m’arme de courage et commence donc ma lecture sans imaginer un seul instant que ce qui m’attend va me filer la nausée pendant plus d’une heure…

Comment vous expliquer que le festival a commencé dès la première page l’introduction?
Allez, c’est cadeau, un petit tour des choses sympas lues :

- Contrairement à l’avortement qui était « faire l’amour sans faire l’enfant », la PMA c’est « faire l’enfant sans faire l’amour » → Parce que c’est bien connu, entrer en PMA implique carrément qu(on ne fait plus l’amour, non, non, non...

- A « un enfant si je veux » succède « un enfant comme je veux » → Ah oui? Mince je savais pas… Où est le catalogue?

- L’enfant est devenu interchangeable, monnayable et négociable s’il ne correspond pas au projet parental → Han mais attendez alors ça! C’est royal! Donc si le bébé ne “correspond” pas à ce qu’on voulait on peut en avoir un autre? Ou le revendre?

- ...La  procréation  médicalement  assistée  est  une  pratique qui contrevient à la dignité des couples et des enfants en tranchant le  lien  qui  attache  le  don  de  la  vie  à  l’union  charnelle  des  couples.  Elle  transforme  le  sujet  qu’est  le  petit  de  l’homme  par  son  humanité  reçue,  en  objet construit lors d’une fabrication artificielle. → Oui parce que bon, on se rappelle tous de la nuit incroyable au cours de laquelle nos parents nous ont conçus hein? C’est ça qui nous lie, c’est sûr...

- Fruit  de  l'union   charnelle   de   l’homme   et  de  la  femme,  la  procréation  met  en  jeu  leur  liberté  et  leur  responsabilité au service de la transmission de la vie. → Alors d’abord, vous noterez qu’on parle bien ici d’un homme et d’une femme hein! Ensuite… Nan, en fait j’ai pas envie de réagir à celle-là...

- La PMA  n’est pas à  proprement parler un acte médical, car elle n’a pas pour but de  soigner le couple dans son infertilité mais de contourner la difficulté. → Ah ben oui parce qu’avant la PMA on a pas 46 médecins, fait 3 tonnes de tests et tenté de “soigner” hein...

- Selon la définition traditionnelle de Boèce, la personne est « une substance individuelle de nature rationnelle. » → Une de mes préférées… Nous parlons donc de Boèce, philosophe né en… 480 après JC… Oui, oui...

- ...Les techniques de PMA subordonnent la dignité de l’embryon à l’efficacité de l’acte médical et transforment le désir de donner la vie à un enfant en droit d’obtenir un enfant. → Il est bien sûr évident que l’un empêche bien sûr l’autre et que, de toute façon, si t’arrives pas à faire de gamins c’est que t’as pas à en avoir!

...Le don d’ovocyte ou de sperme, nuit au droit des membres du couple de devenir  père et mère uniquement l’un par l’autre. → Mmmmmhhh… Et le “non don”? ça engendre quoi? Ah mais oui! Que ces couples ne seront jamais parents, tout court!

- La paternité est particulièrement mise à mal : le rôle du médecin semble presque plus important que celui du père. Ne parle-t-on pas de René Frydman comme du« père d’Amandine » ? → Celle là est merveilleuse aussi… Comment jouer sur les mots…

Je vous en passe un tas parce que je suis gentille mais ça continue comme ça tout au long des 100 pages…
Entre le bourrage de crâne “un couple c’est un papa et une maman” distillé de manière permanente, les témoignages complètement abusés et les dangers de l’eugénisme qu’implique la PMA… Faites votre choix!

Posté par ArkaKiJardine à 15:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]
31 décembre 2017

Le récap 2017!!

Allez, une fois n’est pas coutume !

Je vois fleurir de partout des récap de l’année qui vient de s’écouler, « c’est la période » me direz-vous.

Oui, mais d’habitude je n’y prends pas part.

Alors cette année, je vais me lancer, moi aussi!

Dans ce billet, volontairement, je ne vais reprendre uniquement que le positif comme vous le remarquerez !

 

< Si vous voulez fuir, il en est encore temps ! C’est le moment où jamais ! >

 

En 2017 :

-          On a réussi à se faire prescrire TOUS les examens utiles afin d’écarter le plus de « facteurs merdouille » possible pour une éventuelle prochaine grossesse.

-          On a fait pratiquer tous ces tests (ben oui, quand même !) et TOUT.EST.NORMAL !

-          Pour pallier à une éventuelle béance du col, le gyneco m’a placé un cerclage définitif (ou de « Benson »).

-          Ma grande filleule est diplômée et est majeure ! Je suis méga fière d’elle et de la jeune femme qu’elle devient, même si je ne lui dis pas assez je pense…

-          Chéri a fêté son 34e printemps !

-          Après de longues discussions avec ma Psy, un groupe de parole pour parents endeuillés voit le jour au sein de l’hôpital de Montélimar. Un projet qui me tenait à cœur et auquel je suis fière de participer.

-          Cet été on a passé de bons moments avec les copains : apéros (voire « apéros-piscine » !!) en pagaille, bonnes bouffes (à la maison ou au resto d’ailleurs), découverte d’un petit producteur de vin à deux pas de la maison, …

-          Il y a eu les annonces de grossesses suivies (ou pas encore ^^) de l’arrivée de petits bouts en bonne santé et qui profitent maintenant des câlins de leurs parents !

-          Nous avons fêté nos 6 ans d’amour et nous sommes rendu compte que nous nous aimions autant, si pas plus qu’au premier jour… (Oui, c’est tout mou, tout rose, mais j’aime ça et surtout : c’est vrai ! NA !)

-          Une amitié renforcée année après année ! (Ma zum, celle-là elle est pour toi !)

-          Ma grand-mère paternelle est une nonagénaire (et un petit peu plus même mais chuuut ! On ne révèle pas l’âge d’une Dame !) en bonne santé, lucide et je l’aime d’un amour indéfectible !

-          Ma toute petite filleule grandit, grandit et a fêté ses 2 ans ! Elle est belle, éveillée et, cet hiver, elle a passé ses premières vacances à la neige !!

-          Mes parents ont passé une semaine avec nous à la maison pour Noël et ça fait du bien de les avoir là !

-          Voir « mes grands ados » du lycée continuer leur bout de chemin, entrer dans la vie active et devenir de jeunes adultes à qui je souhaite plein de jolies choses !

-          Des rencontres !! Plein ! Partout ! Que ça soit sur un jeu, sur un réseau social (celui au petit zoiseau bleu là, vous voyez ?).

-          Mes chats ! Ces 3 petites (enfin… pas tant que ça en fait…) boules de poils qui sont toujours prêtes à distribuer leurs câlins, leurs ronrons et leurs poils écoutent sagement leurs humains raconter n’importe quoi…

-          L’écriture de ce livre que j’ai tant de fois reportée pour trop de raisons… Cette fois j’y vais !

 

Voilà ! 17 des bonnes choses de 2017 !

Finalement c’était pas si difficile et puis, ça aide à se rappeler que, même si ce n’est pas toujours simple, de bonnes choses gravitent toujours autour de nous !

 

Alors, pour 2018, je vous souhaite du bonheur, de la douceur et de jolis moments partout, tout le temps !

Posté par ArkaKiJardine à 16:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 décembre 2017

Le point "Biologie"!

Cette semaine, nous avions rendez-vous avec Madame la biologiste du centre PMA…

 

Rendez-vous qui s’est avéré être une réunion ou, plutôt, un exposé que la gentille dame nous a présenté concernant… La FIV ! (Merci à ceux-celles qui ont suivi ^^).

Nous étions donc 3 couples, installés avec elle dans une salle de réunion et l’exposé a été plutôt clair :

-          Révision des notions de stimulation ovarienne,

-          Ponction d’ovocytes,

-          Traitement des têtards,

-          Mise en « boîte » de tout ce joyeux petit monde,

-          Appel à J3 ou J5 (ou pas…) pour transfert,

-          Délai d’attente de 12 jours pour savoir si, oui ou non, un petit pois s’est installé.

 

J’ai été étonnée d’apprendre qu’avec la vitrification (ou « cryoconservation »), les micros pois ont 95% de survivre à la « décongélation », la gynéco nous avait annoncé moins si je me souviens bien…

Nouvelle info aussi : un blastocyste réimplanté à J3 a environ 25% de chance de s’accrocher, tandis que le même blastocyste réimplanté à J5 aura lui 50% de mener à une grossesse.

 

Prochain rendez-vous, dans 2 jours, avec la gynéco, pour cette fois mettre en place le traitement qui nous mènera à notre première FIV, en janvier, si tout se passe « normalement »…

Posté par ArkaKiJardine à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]