Ok, je vous le dis depuis longtemps mais là c’est confirmé : ma vie est un gag !

Enfin, un « gag »… Pas toujours super drôle, je vous l’accorde, mais, souvent, je me dis qu’il vaut mieux en sourire sinon c’est pétage de plombs assuré !

 

Alors, je vous entends, là-bas, au loin, vous dire « mais pourquoi sa vie serait-elle un gag ? »

Bougez pas, je m’explique !

Vous suivez nos diverses péripéties PMA depuis un moment maintenant (plus de 3 ans en fait…), je ne vous réexpliquerai donc pas tout le déroulement ni les petits contretemps subis.

Vous connaissez aussi Léo et Zoé, je ne reviendrai pas non plus sur leur arrivée et le chagrin qui fait partie intégrante de ma vie depuis ces jours, même si j’ai encore mille et mille choses à dire…

Dans le dernier billet, je vous racontais la super journée à l’hôpital pour la pose du cerclage de Benson : attente, attente, attente, un peu de bidouillage dans mon moi intérieur, le tout saupoudré d’un petit malaise vagal bien sympa et le retour à la maison, une nuit d’hôpital plus tard.

 

Tout devait rentrer dans l’ordre quelques jours plus tard, gentiment, tranquillement…

Ouaip, ça c’est quand tout se passe « normalement » !

 

Après le week-end, passé dans le canapé en position couchée, la seule que je supportais plus ou moins, je devais reprendre le travail lundi…

Sauf que lundi matin, au réveil, j’étais totalement HS : des nausées, de grosses douleurs dans le ventre, impossible de rester debout ou même assise…

Le médecin m’avait fait un arrêt d’une semaine… Je décide donc de me poser avec mes anti douleurs et dès que ça ira mieux, je reprends…

J’appelle l’hôpital mardi en expliquant mon cas et l’infirmière me répond « c’est normal, si vous avez toujours mal d’ici 48h rappelez »…

Sauf qu’une semaine après l’opération, aucune amélioration n’avait pointé le bout de son nez…

Devant l’insistance et l’inquiétude de Monsieur mon Chéri, je rappelle donc le service gynéco vendredi en matinée et on me dit de passer voir le gynéco de garde en fin de journée.

 

Nous voilà donc, tous les deux, en salle d’attente, à attendre que le médecin arrive…

Vous connaissez, j’imagine, le confort des chaises de salle d’attente… Je vous laisse donc le soin de m’imaginer, à moitié couchée sur une desdites chaises, pendant 25 minutes…

Finalement, Chéri, agacé, a fini par aller demander si on pouvait me mettre dans une salle d’examen en attendant le médecin…

C’est après vingt minutes de plus passées à jouer avec ce que Môssieur a trouvé dans la salle (lampe, paravent, repose-pieds…enfin bref : tout et n’importe quoi) que le médecin est arrivé.

 

Et, attention, c’est là que le gag commence !

Douleur à l’examen et, à l’écho (endo vaginale, sinon ce n’est pas drôle !) : Ô surprise !!

Une espèce de grosse tache noire apparaît…

« Ah ben vous avez bien fait de venir ! Y a un gros hématome qui s’est développé derrière l’utérus »

« Oh ? Mais gros genre… Gros gros ? C’est dû à quoi ? Qu’est-ce que ça implique ? »

« Mmmmhhh… Là il fait 7cm par 6, c’est un peu comme si vous aviez une espèce de gros cookie derrière l’utérus, c’est pour ça que vous avez très mal. Je vais vous donner des anti douleurs plus efficaces et vous redonner un rendez-vous d’ici 15 jours, par contre, s’il ne se résorbe pas de lui-même, il faudra ré intervenir pour l’aspirer »

A ce moment précis j’ai eu envie de hurler très très fort un truc pas très très sympa à Dame Nature mais bon, paraît que ça se fait pas en public alors j’ai souri, remercié le médecin et on est rentré…

Pendant la nuit, un poil shootée grâce au médicament (que je ne nommerai pas mais dont le nom commence par « Tra » et se termine par « madol »…), je me lève pour un habituel pipi nocturne (ça fait 3 ans que je partage avec vous ce qu’il se passe à l’intérieur de mon vagin, z’allez pas faire les chochottes quand je vous parle de pipi hein !) et je m’aperçois que je perds du sang, ce que je mets sur le compte de l’examen…

Sauf que les pertes ont continué tout le week-end et que J19, c’est un peu tôt pour commencer un nouveau cycle… ça ne pouvait donc pas être mes règles…

 

Retour aux urgences lundi, et comme d’habitude, on m’envoie directement en gynéco.

Je ne peux m’empêcher de sourire en me rendant compte que je reconnais la voix de la personne qui répond à l’interphone du service (oui, lundi c’était férié… et quand le service gynéco est fermé, faut passer directement par où ?? Par les salles de naissaaaaaaaaance!!).

Après quelques minutes, une sage-femme vient vers nous et je la reconnais de suite, je l’ai vue plusieurs fois lors de mon hospitalisation, c’est elle qui nous a amené Zoé et qui s’est occupée de moi… Un sourire, une hésitation et puis elle me prend dans ses bras et me fait la bise avec un « Oh, hein, je peux bien ! ».

Petite prise de sang, quelques minutes d’attente et ensuite, on voit la gynéco de garde avec son collègue (nan mais allez-y, invitez le service, plus on est de fous !…) qui m’examine tout pareil que la veille et m’annonce que « bon… je pense qu’on ne va pas avoir vraiment le choix, il est plus sage d’intervenir et de l’enlever ».

Je grimace… Elle comprend que je n’ai pas envie de repasser par la case hospitalisation et me propose d’agir en fonction des résultats de la prise de sang : si c’est bon, pas de soucis, mise sous antibiotiques et rendez-vous 15 jours plus tard. Par contre, si c’est pas bon et qu’il y a des signes d’infection c’est hospitalisation de suite et on m’enlève ce foutu cookie !

Finalement, prise de sang au top, du coup je passe à travers les mailles du filet pour l’intervention, soulagement !

Retour maison avec le traitement antibio et continuation des anti douleurs…

 

Hier on a revu la gynéco (la mienne cette fois) et, bonne nouvelle, l’hématome ne s’est pas totalement résorbé mais il est tout petit (2,5cm) et devrait continuer à se résorber tout seul, comme un grand…

 

On laisse donc les choses se faire… ça nous permettra de faire nos dernières prises de sang pour reprendre le protocole PMA au prochain cycle… 8 mois après la naissance de Zoé…