Hier j’ai participé à la première session du groupe de parole pour parents endeuillés que la psy a organisé…

J’attendais ce groupe autant que je l’appréhendais : rencontrer des parents qui vivent la même situation douloureuse et échanger avec eux au sujet de nos bébés, partager nos ressentis…

Mais que se passerait-il si aucun de nous n’arrivait à se « lancer » ? Si, par habitude, personne « n’osait » prononcer les mots qui font tellement mal ?

 

Une des mamans qui souhaitait participer n’avait pas de moyen de locomotion et l’hôpital n’étant pas vraiment à côté de la gare, j’ai proposé de l’emmener.

Le train ayant du retard, c’est donc avec 5 minutes de retard que nous sommes arrivées, telles des stars ma passagère et moi, à notre première session de papotage.

 

Pas un mot échangé lors du trajet jusqu’à notre petite salle… Je pense que les mêmes questions tournent dans nos têtes et que nous nous demandons toutes comment ça va se passer.

 

Nous sommes 7 à nous installer autour des tables disposées dans la salle de réunion :

-          La psychologue

-          La cadre sage-femme

-          5 mamans

 

Après nous avoir énoncé les règles de fonctionnement du groupe (respect de l’autre, du temps de parole,…) c’était l’heure du tant redouté tour de table : chacune d’entre nous a donc pu se présenter et brièvement expliquer son « histoire ».

 

Je ne vous expliquerai pas les larmes qui montent aux yeux, les mouchoirs échangés, les regards bienveillants et pourtant ils étaient tous au rendez-vous…

 

C’est fou à quel point ces mamans m’ont touchée…

Les écouter mettre des mots, d’un côté sur :

Leur douleur toujours si présente, le manque de ce(s) enfant(s) qu’elles ne verront pas grandir, entendre à quel point c’est difficile parfois avec les proches ou même les « gens » en général…

Et de l’autre : cette capacité à prendre sur soi, de vouloir avancer malgré la souffrance et d’essayer de toujours croire que les « gens » ne sont pas méchants mais juste maladroits…

 

Mais vous savez ce qui m’a touchée le plus ?

C’est l’amour… L’amour sans faille porté à nos tout petits…

A quel point cet amour nous porte et nous donne la force de continuer à sourire, à espérer ou juste, à essayer d’avancer du mieux qu’on peut.

Alors oui, j’en entends déjà certains dire « Ah la la, mais qu’est-ce qu’elle est cliché quand même ! ».

Mais je vous promets que, vraiment, si je devais ressortir quelque chose de ce premier échange, c’est vraiment ça que je garderais parce que ça fait chaud au cœur…

 

Nous nous sommes quittées une grosse heure et demie plus tard après quelques minutes de papote supplémentaires à la sortie, simplement entre nous.

 

Prochain rendez-vous en juillet normalement…