… « C’est une évidence » allez-vous me dire…

Nous voici donc fin octobre, après une « 1ere » (qui était en fait la 5e si vous avez suivi ^^) insémination qui n’a rien donné et de nouveaux déboires pro…

La seconde stimulation a été bien plus longue que prévu (12 jours d’injections dans le bidou contre seulement 5 la dernière fois… ça pique…) mais j’ai  eu droit à une nouvelle insémination (et à un compte en banque allégé de quelques malheureux 300€… ça aussi, ça pique !).

Et maintenant ?... L’atteeeeeeeente ! Au vu des douleurs ressenties, le suspense n’est pas vraiment à son comble et les moches sont attendues d’ici peu, mais bon, il paraît qu’il faut rester positif alors… Pourquoi pas hein ?

 

Suite à une de nos nombreuses conversations avec le Mâle hier soir, il apparaît que ce parcours PMA et la perte de Léo & Zoé nous ont un chouilla changés…

Lui a tendance à laisser couler plus de choses (alors qu’avant il serait devenu tout rouge colère ^^) alors que de mon côté… Comment dire ?... Ben je peux m’agacer très vite, très fort (mais jamais bien longtemps quand même…) pour des choses qui ne m’auraient pas fait ciller il y a quelques années.

 

Et c’est super difficile de se rendre compte de ça !

Parce que j’ai été élevée en apprenant qu’il faut toujours essayer de ne pas blesser les gens, ne pas heurter leurs sentiments, être compréhensive,…

Et je pense sincèrement que, la plupart du temps, je suis comme ça, vraiment, parce que ça fait partie de qui je suis, parce que je n’aime pas savoir les « autres » pas bien.

Sauf que, depuis le 6 juin 2015, mon « référentiel douleur » a évolué et que je réagis en fonction de celui-ci, simplement. Ça ne veut pas dire que je considère la douleur d’autrui comme moins importante que la mienne, non, juste que ma réaction s’est adaptée à mon … « échelle » perso.

 

Il y a aussi le fait qu’à bientôt 39 ans, j’ai appris à devenir un peu égoïste (la vilaine !) et à penser un peu à mon ressenti perso aussi.

Alors, certains jours (les moins bons, vous vous en doutez), je me dis :

« Merde ! On ne prend pas de gants avec moi, on me dit les choses sans se soucier du mal que ça fera sous prétexte que c’est « pour mon bien », ben je vais faire pareil ! »

Et je le fais… Sauf qu’après, « on » ne comprend pas pourquoi je suis si directe, si froide et détachée.

Ben, d’abord parce que mes « colères » (peu nombreuses mais existantes) ont toujours été comme ça… Ouaip, c’est plus facile de jouer la meuf froide et détachée que rien n’atteint, ça en jette plus je trouve, c’est vachement plus impressionnant… (Abrutie de moiiiiii ^^).

Et ensuite… Ben ensuite je vous renvoie à l’histoire de mon « référentiel » bobo psycho…

 

Mmmmhhh… Je relis ce que je viens d’écrire et je me dis que ce blog me sert vraiment de journal intime ET de psy !

Allez… ça suffit pour aujourd’hui !