Ça faisait 9 mois… 9 mois que je n’avais pas vu la psy… (Non, j’l’ai pas fait exprès, promis !)

Et vu les 2h passées dans son bureau hier, je me dis qu’il était sacrément temps que j’y retourne !

 

Le truc c’est qu’en 9 mois, il s’en est passé des choses !

J’ai donc tenté de lister toutes ces choses qui m’ont chamboulée, un peu, beaucoup, dramatiquement… Oui, c’était long, mais je plaide « non coupable » ! C’est elle qui me l’a demandé !

Les histoires de famille(s), mes déboires « pro », les « chamailleries » dignes de cour de récré, les annonces de grossesses, les accouchements (suite logique me direz-vous…), les anniversaires,…

Tout y est passé et sans une larme (Oui, moi aussi j’ai eu une folle envie de m’applaudir…) et, juste après avoir parlé de tout ça j’ai réalisé que put#@*$ de mer*¤£ ! : Les trucs biens n’arrivent qu’aux autres !

Attention hein ! Ne voyez pas là une envie éperdue de ma part de me faire plaindre ou de susciter chez qui que ce soit un triste élan de pitié envers ma petite personne !

Non.

C’était juste une constatation.

Le meilleur moment étant quand même le regard de la psy (qui, soit dit en passant, est au top, vraiment !) suivi d’un « au vu de ce que vous me dites, je comprends que vous puissiez le penser » aussi neutre que possible.

 

Alors, bien sûr, il ne m’est pas arrivé que des trucs nuls pendant ces 9 mois, j’en suis consciente.

C’est juste que, quand le moral n’est pas au top, je pense qu’il est plus facile de voir les choses qui chagrinent que les autres…

 

Ce rendez-vous s’est terminé sur plusieurs choses.

D’abord un fait : En ce moment, je pourrais être définie par 2 mots… « peine » et « colère ».

Ensuite :

Il paraît que je dois apprendre à penser à moi… Oui, j’ai souri quand elle me l’a dit…

Et aussi que je dois apprendre à m’aimer telle que je suis… Ok, bon, là j’ai failli me rouler par terre tellement je trouve qu’elle a un humour de dingue ma psy (dingue… psy… Vous l’avez ?... Pardon… J’ai honte… ^^).

Nan parce que bon, j’étais déjà pas du genre asperge avant de découvrir la PMA et ses hormones… Mais alors après bientôt 4 ans et 15 kilos dans les dents ben… J’vous laisse imaginer le tableau ! Peut-être qu’un jour je vais me mettre à rouler, qui sait !

 

En fait… Sans rire cette fois… Je me rends compte que le suivi psy est vachement important… Bon, c’est vrai qu’il faut aussi rencontrer la « bonne » personne, celle avec qui le courant passe et à qui on peut parler à cœur ouvert et « vider son sac ».

J’ai eu cette chance (Les choses positives, tout ça…) et, même si elle ne lit pas ce blog, je la remercie Sidonie.

 

Faudra que je vous parle du groupe de parole de la dernière fois aussi… On a accueilli de nouveaux « membres » et ils m’ont touchée…

Mais ça sera pour une autre fois, là, la nana overbookée que je suis va aller faire des courses pour les sushis de ce soir (Ah… Ma vie trépidante ! Soyez pas jaloux(ses) ^^)